LES PERLES-AUDIO DU LUNDI 28 OCTOBRE 2019

Pourquoi l’eau est-elle transparente ?
♦ Qu’est-ce qui est prévu ?
♦ Faut-il toujours beaucoup de temps pour s’habituer
?

• Pourquoi l’eau est-elle transparente ?
• Qu’est-ce qui est prévu ?
• Faut-il toujours beaucoup de temps pour s’habituer ?

L’adage de la semaine…
« La joie que nous inspirons a cela de charmant que,
loin de s’affaiblir comme tout reflet, elle nous devient plus rayonnante
 »
— Victor Hugo.

La double hélice d’ADN est au cœur de flux d’échanges insondables
comme une distillerie de protéines en nombre infini,
une brûlerie clandestine d’élixirs de vie…

 DOUBLE EXPÉRIENCE DE CONJUGAISON DU BONHEUR
Dans la grammaire journalière de nos activités les plus ordinaires…
une action peut être conjuguée de deux manières :
– à la forme active (ex : Je réussis la recette )
– à la forme passive (ex : la recette est réussie par moi)
Forme active : « Je réussis la recette. »
Le sujet : « Je ».
Le verbe à la forme active : « réussir au présent »
L’objet : « la recette »
Forme passive : « La recette est réussie par moi. »
Le sujet, au lieu de s’emparer de la place dominante, cède le passage à la mise en action. C’est la recette qui est mise en avant.
Le verbe à la forme passive : « est réussie », est moins centré sur le sujet que sur un participe passé nécessaire au succès. Il n’y a pas que le « Je » qui compte. Toutes les conditions de l’action sont indispensables à la réussite. Le sujet doit donc se plier aux circonstances plus ou moins favorables, aux impondérables du terrain et du moment, aux conditions toujours insuffisantes, aux gestes imprévus… le tout avec une certaine délicatesse dans l’art et la manière de prendre soin et de toujours mieux coordonner l’action.
À la fois, cela va de soi et…
Surprennament,
Cela ne va pas que de soi.
Toutes les humeurs propices à la réussite entrent en jeu. Toutes les joies de solutionner et de trouver des issues chemin faisant sont appelées à la rescousse. Depuis le génie génétique, protéinique, humoral, jusqu’aux intelligences sensibles, sensuelles, manuelles, émotionnelles, relationnelles…

How do you do ?
Le mot « happyness » en anglais international annonce la donne. Happy provient d’une syllabe souche « kap » (sanskrit – « kapati : prendre avec poigne ».
En vieux français « happer » : les mâchoires d’un piège qui se referme ou le bonheur d’un animal en train de saisir sa proie. Happer donne tout son sens à l’expression : « to be happy ». Capacité de capter, d’accaparer, d’acheter, de posséder les bons agissements en vue de s’emparer de la fortune, de la chance, de la gloire et de tous les gains et profits qui permettent d’être un riche rentier et de disposer par devers soi de la position dominante du sujet régnant sur le bas monde :
Faire valoir son argent
Vouloir avoir le pouvoir
Rentabiliser ses actions
Consommer terre et ciel
Le business d’aujourd’hui, très fonctionnel et très pragmatique, toujours pressé et stressé, semble de plus en plus obsédé par cette forme de bonheur.

Comment ça va ?
D’un autre côté, le mot « bonheur », dans la langue française, ne découle pas de cette racine étymologique qui prône la capture.
« Heur » vient du latin « augurium ». « Bon-heur » signifie donc : « présage favorable, bons augures, bons auspices ».
Comme ce n’est pas le papier à musique qui fait la musique, ce n’est pas le livre de recettes qui permet d’affirmer : « je vais réussir ». La vision heureuse de l’art de vivre à la française se démarque par le fait que la forme conjuguée du bonheur est « passive ».
Qui peut dévoiler ses secrets de cuisine ?
Ça ne se trouve pas en magasin.
Ça ne s’achète pas.
Ça n’a pas de prix.
Ce sont des manières d’accommoder les restes.
Des astuces personnelles pour recycler, réhabiliter, récupérer.
Des façons de s’arranger à la maison, en société et en activité pour créer des petits bonheurs sur mesure. À la bonne franquette !
On rajoute des pincées de je-ne-sais-quoi d’agréable, et un peu de piquant et de mordant pour relever les plats. On envisage de nouveaux mélanges, d’autres temps de cuisson.
Qui peut donc savoir ce que c’est que « ça » quand on répond : « ça » va ? « Ça » vient… « ça » finit par converger… « ça » surgit lorsqu’on ne s’y attend le moins…
« Ça » respecte les temps anciens, présents et avenirs, les assaisonnements des saisons et tout ce qui entre en jeu d’instant en instant…

L’INVITATION DE LA SEMAINE
LES  23 NOVEMBRE 2019 À PARIS
LES RESSORTS CACHÉS DE L’ÉLAN CRÉATEUR
Une journée training pour renouveler et enrichir ses aptitudes
à transmettre, communiquer, animer et réaliser…
Une suite d’expériences originales, efficaces et ludiques afin d’activer les méthodes et les pratiques de l’élan créateur…

POUR EN SAVOIR PLUS

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…