LES PERLES-AUDIO DU LUNDI 24 JUIN 2019

Peut-on échapper au bonheur ?
♦ Pourquoi crois-tu ce que tu crois ?
♦ Où est le diable
 ?

• Peut-on échapper au bonheur ?
Pourquoi crois-tu ce que tu crois ?
Où est le diable ?

L’adage de la semaine…
« Le vrai génie sans cœur est un non-sens. Car ni intelligence élevée, ni imagination, ni toutes deux ensemble ne font le génie. Amour ! Amour ! Amour ! Voilà l’âme du génie »
— Wolfgang Amadeus Mozart.

♦ L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR


À quoi ressemble un cerveau lorsqu’il exprime la haine ?
– À une tête brulée et une planète en feu !

• La sainte paix, vous connaissez ?
Prenez deux personnes discutant dans la rue et remarquez comment, de toute évidence,
leurs conversations sont facilitées par la beauté de leurs entrées en relation :
– « Je suis enchanté de vous voir »…
Cette rencontre, pour être réussie, demande d’emblée un certain nombre de bonnes conditions mentales et environnementales par lesquelles chacun s’invite à troquer ses mécontentements et ses prérogatives contre un peu d’intelligence et d’humilité. On n’entre pas obligatoirement en conflit.

• La paix n’existe que si elle est déclarée
Il n’y a rien d’anodin dans l’art et la manière de faire preuve de politesse, avec quelques sourires discrètement accordés en guise de cadeau d’accueil. Les mots de bienvenue, même quelque peu convenus, ont la chance de préparer le terrain et de souligner que nous ne sommes pas des automates sans pitié.
Des petites fluidités mettent de l’huile sainte dans les rois-mages.
Des signes de bon augure pour commencer se dispensent sans retenue.

• Tout entre en jeu
Nos interlocuteurs qui ont l’air de bien s’entendre s’escriment  en réalité à bien s’écouter et à essayer de bien se sentir. C’est du fairplay. Ça se cultive au fil du temps.
Pas facile d’être vrai. Sans peur et sans reproches. Chacun doit y mettre du sien.
Merci les audacieux partenaires, co-créateurs de bons climats ! Merci les vocabulaires et les grammaires qui se conjuguent et s’expriment richement entre gens de bonne intention ! Merci à la vie pour l’ensemble de ses tentatives d’évolution féconde et de renouvellement fructueux !
Ces instants uniques de la rencontre exigent la collaboration de millions et de millions d’autres créatures en nous et autour de nous dans ce coin de mappemonde. La paix ne va pas de soi et ne se fait pas toute seule. C’est une œuvre collective de concertation.
Tout est lié et délié. Tout se tient en haute voltige et prouesse. Tout n’est qu’arcboutement en mouvement. Rassembler les meilleures conditions possibles afin qu’une bonne atmosphère puisse avoir lieu n’est pas une petite affaire. Pour en arriver là, il en a fallu des exploits, de génération en génération, et un grand nombre de cessez-le-feu.

• L’expérience contraire
Déplaçons ces deux personnes de l’expérience précédente dans une zone de conflit.
Infligeons-leur des conditions de conflagration.
Si le bruit des bombes nous le permet, écoutons combien leurs échanges amicaux deviennent difficiles, voire impossibles. Les belles humaines humeurs, naturellement riches en bonne longueur d’onde, risquent de tomber dans une peur panique.
La guerre sème la terreur.
Pire, la guerre est la conséquence de la terreur.
La guerre ne brise pas que les liens entre les uns et les autres, elle ne détruit pas que des ponts, des villes, des écoles, des hôpitaux, elle décourage toute résistance. Elle déshumanise. Elle abat tout ce qui s’élève.
Guerre intestine avec soi-même. Guerre de clans et de bandes. Guerre de culture sans ouverture. Guerre de religions et de chapelles infectées par de sinistres individus. Guerre contre nature. Guerre financière sans foi ni loi pour que la machine économique puisse continuer sur sa lancée et pour qu’on ne perde pas d’emploi. Quitte à y perdre toute dignité.

• Il n’y a pas de mal à chercher à faire la paix.
La joie de se réconcilier, d’enclencher l’esprit sans frontière dans le bonheur d’échanger, pose des questions jamais traitées et trouve des traités rarement remis en question.
Heureusement, dans tout conflit avec usage excessif et systématique d’humeurs belliqueuses il y a toujours des personnes qui prennent le contrepied et qui ne se laissent pas embarquer.
Remercions à ce propos les personnels de la Croix Rouge et toutes les petites mains qui tentent par tous les moyens de ne jamais ajouter de la souffrance à la souffrance et de produire des actes de hardiesse qui réparent les dégâts d’hier et préparent les prochains accords de paix de demain.
La bonne humeur tout terrain, tout temps, tout type de gens fonctionne en milieu hostile même sur les champs de bataille, non ?
Il n’y a pas de relâche pour ceux qui ne sont pas lâches.
On ne peut pas désespérer de tout, tout le temps.
On s’épuiserait si on ne faisait que râler.
Il n’y aurait pas de bon sens à vouloir tout casser.
À faire que plus rien ne repousse sur notre passage.
Les humeurs créatives sont notre premier capital confiance.
Notre assurance vie.
Notre trésor environnant.
Courage, créons !

L’INVITATION DE LA SEMAINE
Le séminaire Sérénité & Efficacité des 22, 23 et 24 octobre
à Montignac-Lascaux

s’annonce comme un événement rare et stimulant.
Si vous voulez expérimenter cette aventure du génie mutuel,
riche en méthodes concrètes et applicables, n’hésitez pas !
Le moment est venu pour vous de connaître et de mettre en pratique
les bénéfices de l’intelligence humorale en application…
CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…