LES PERLES-AUDIO DU LUNDI 23 SEPTEMBRE 2019

Entre le réel et le virtuel, que choisir ?
♦ Es-tu amoureux ?
♦ Faut-il dégommer les concurrents
?

• Entre le réel et le virtuel, que choisir ?
• Es-tu amoureux ?
• Faut-il dégommer les concurrents ?

L’adage de la semaine…
« On ne s’aperçoit pas toujours que l’on parcourt chaque jour un nouveau chemin »
— Paulo Coelho.

Grâce à nos deux cerveaux, à nos deux poumons,
à nos deux parties distinctes de nos cœurs battants,
à nos deux systèmes nerveux, volontaire et involontaire,
à nos deux temps foisonnants, avenir en avant, passé en arrière,
à nos deux pieds sur le fil du présent, à nos deux mains tenant,
grâce également à nos amours tendres et à nos envies de porter bonheur,
nous, les créatures surprennament vivantes dans un univers ouvert à l’avenant
nous souhaitons contribuer à ce que tout le monde ait le droit de continuer à vivre.

L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR
• L’avenir…
Lui qui, autrefois, était si sûr de lui, si attendu et si espéré, allons-nous le reconnaître quand il débarquera ce soir ? Le futur d’autrefois que nous avions connu bien droit sur ses rails, bien campé sur ses principes et ses positions, parfaitement sûr de ses progrès, est-il encore seulement assuré de trouver ses subsistances, de rassasier ses soifs, de pouvoir respirer à l’air libre ?
Il ne paraît plus du tout être ce qu’hier il était.
Il ne semble plus certain de savoir où il va vivre.
Les moteur de recherche, eux aussi, sont comme perdus, tendus, désorientés.
Les assistants virtuels perdent la boussole.
Ils sont mal géolocalisés. Ils envisagent de quitter la planète.
Les statistiques, en assimilant les données et les gens à des chiffres, rabaissent l’inestimable magnificence des arbres, des oiseaux et des liens entre les essaims de créatures particulières.
Nos complices les algorithmes, computers et serveurs qui calculent plus vite que notre ombre, n’ayant aucune idée de ce que vaut la vie sur terre, sont incapables d’inventer la lumière.
Le temps n’est-il que de l’argent ?
L’espace, que des agglomérations en construction et du bitumage à épandre ?
La terre, des surfaces d’exploitation et de production jusqu’à épuisement ?
Les océans et les cieux, des bassins de décantation et de décomposition sans limite ?
L’avenir sent-il définitivement mauvais ?
En quoi les courbes de profit nous seront-elles rentables quand il n’y aura que quelques « happy few » pour s’en rendre compte ? Devons-nous continuer à prêter à l’intelligence artificielle des vertus que ces technologies n’ont pas et à investir dans les machines de guerre qui nous extermine ?
Mon nouvel ami, le griot Ahmadou Kourouma, dont le livre actuellement trône sur ma table de chevet, m’a soufflé à l’oreille, hier soir avant de m’endormir, une invitation que seul un humain de cœur peut émettre :
« Il y a deux sortes de destin. Ceux qui ouvrent les pistes dans la grande brousse de la vie et ceux qui suivent ces pistes ouvertes de la vie. Les premiers affrontent les obstacles, l’inconnu. Ils sont toujours le matin trempés par la rosée parce qu’ils sont les premiers à écarter les herbes qui étaient entremêlées. Les seconds suivent des pistes tracées. Ils ne connaissent pas les rosées matinales qui trempent, les obstacles qui défient, l’inconnu des nuits noires. »
Les machines ne font que retracer les chemins parcourus.
Seuls nos esprits curieux et ouvert à l’inconnu ne sont pas vieux jeu.
Grand bien nous fasse.

L’INVITATION DE LA SEMAINE
Notez ces dates exceptionnelles :  27, 28 et 29 NOVEMBRE 2019
L’ÉLAN CRÉATEUR ET LA CONCRÉTISATION
Un séminaire de haute intensité dans l’art de vivre, d’entreprendre
et de renouveler ses activités créatrices et profitables.
Lire sur ce sujet : « Mon chef est-il cosmiquement rentable » CLIQUEZ ICI
Les places à cet entraînement de fond sont limitées.
Si vous venez, les révélations des talents du « génie mutuel » alliés à la jeunesse d’esprit
et à la mirobolance vous sont garanties sur la durée.
Ne vous privez pas de ces méthodes créatives et originales,
disponibles et immédiatement efficaces.
Quittez les vieux logiciels binaires d’hier au profit d’une ouverture d’esprit à ciel ouvert.
Un bon climat environnant commence en soi. Par soi !

POUR EN SAVOIR PLUS

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…