LES « PERLES AUDIO » … DU LUNDI 21 MAI 2018

Où sont nos sources de jouvence ?

 Quels sont nos choix ?
 Quelle heure est-il ?
Pourquoi ne sommes-nous pas de grands papillons resplendissants ?

• Quels sont nos choix ?
• Quelle heure est-il ?

• Pourquoi ne sommes-nous pas de grands papillons resplendissants ?

L’adage de la semaine…
« La réalité sans l’énergie disloquante de la poésie, qu’est-ce ?  »
— René Char.

♦ L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR
La fontaine de jouvence, également appelée fontaine d’immortalité,
n’est-elle qu’un symbole d’une vie qui nous paraît perpétuellement hors de portée ?
Une carotte pour faire avancer l’âme ?
Un attrape-gogo pour ego mal tourné ?
Un leurre qui fait prendre les désirs pour des lanternes ?
D’un autre côté, le vieillissement ne peut-il pas nous bonifier ? Parfois, en un instant,
et en un instant seulement, il est possible de mettre un peu d’huile dans les contrecoups de l’âge.

La jeunesse d’esprit, ne serait-elle pas comme de l’aise engloutie qui, tout à coup,
entre en résurgence ? Un éclair de génie, un coup de foudre, un eurêka à l’impromptu ?
Une ivresse d’accéder, quelle que soit l’avancée en âge, vers des solutions inexplorées,
qui plus est sécrétées par nos propres neurotransmetteurs ?
N’avez-vous pas rencontré, un jour, de ces vieux artisans de paix, artistes de la vie,
aux figures éclatantes et aux yeux émerveillés, tout en liesse et en délicatesse,
des femmes et des hommes vraiment exemplaires ?
Les neuroscientifiques, en s’attelant à cette énigme de la créativité humaine,
ont observé que les « dissonances cognitives » qui activent la matière grise
étaient les meilleurs antidotes au déclin personnel ou social.

De quoi s’agit-il exactement ?
Nos neurones nous ressemblent trait pour trait. Ils sont notre portrait tout craché.
100.000 milliards d’entre eux paraissent installés à demeure sous nos voutes crâniennes,
tels des potentats qui, ne nous y trompons pas, ne souhaitent pas être dérangés par grand monde.
Les neuroscientifiques proposent d’utiliser des dissonances cognitives pour inverser la tendance au repli sur soi. Plutôt que de fuir ce qui nous dérange, à commencer par l’âge qui nous court aux trousses, il s’agirait de s’encourager à surfer dans le creux des vagues et d’y accueillir les gênes comme autant de possibilités de s’ingénier.
Tout porte à croire que pour voir le jour dans un cerveau qui a pris de l’âge,
une idée neuve doive se frayer un passage entre toutes les positions restées à quai.
Sous l’hippocampe, de vieilles mémoires ne veulent pas céder — vous avez dit : « décéder » ?
Elles s’accrochent au « tout-vu-tout-connu » et ne laissent pas de place aux neurones souches.

Alors quoi ?
Quand aucune réponse préétablie ne semble correspondre,
un point d’interrogation suscite un désarçonnement. Une dissonance ambiguë.
Un désaccord aussi profond qu’un abîme de perplexité. Une incertitude sauve-qui-peut…
Toutes les méninges en alerte.
Ô dévoration intérieure du manque !
Ô enthousiasme en creux du cri créateur !
Ô gouffre momentané qui fait soudain perdre pied !
Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Certes, une question jamais posée
provoque comme un écartèlement incongru entre connu et inconnu, un moment d’effraction
et même de déroute dans des conduites de pensées ordinaires.

Cependant…
Si cette anfractuosité cérébrale qui touche au bizarre et frôle la mort,
si cette déconcertante fausse note est accueillie comme l’origine éventuelle
d’une toute nouvelle harmonie, avec mantra à l’appui :

• « On va se débrouiller » !

« On va s’arranger » ! 
• « On va trouver une solution » !
« On va voir ce qu’on peut faire » ! …

Donc…
Quelque chose d’inestimable peut se produire !
Le normal en se déroutant admet l’insolite…
L’émerveillement reprend sa place de choix…
Le « sans égal » en se savourant est un régal…
L’inouï, à qui l’on prête une oreille nouvelle, se réjouit…
Cette déconcertation acceptée invite à une tout autre mélodie concertée.

Il devient soudain possible d’inverser la tendance
et d’entrer dans « l’Âge de la Régénérescence ».

L’INVITATION DE LA SEMAINE
DERNIER RAPPEL !!!!
Les
12, 13 et 14 juin à Montignac-Lascaux (Dordogne)
LE SÉMINAIRE ÉLAN CRÉATEUR – CRÉATIVITÉ & EFFICACITÉ
Vu la qualité des candidats déjà inscrits à cette aventure des talents, je vous invite
chaleureusement à venir dare-dare à ce séminaire de juin que j’animerai en Dordogne.
Comment déclencher, en soi et autour de soi,
jeunesse d’esprit et mirobolance créative dans toutes nos entreprises ?
Quelles sont les méthodes pour décoller en vol groupé ?
CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

• Ce séminaire est cré-volutionnaire (créer et évoluer)
Le génie mutuel, c’est aussi un génie qui mute et qui permute entre nous pour :
– retrouver le sens de la beauté environnante et des talents dans ses activités
– attiser entre nous la gelée royale des humeurs pour alimenter nos bébés idées
– encourager l’art de bondir et de rebondir, de se lancer et de relancer
– orchestrer les équipes pour jouer de concert
– tout ce qu’il faut savoir et expérimenter pour bien évoluer ensemble
La jeunesse d’esprit n’existe pas si elle n’est pas transmise !

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…