LES PERLES-AUDIO DU LUNDI 20 JANVIER 2020

Qu’est-ce qui te motive ?
 De quoi es-tu victime
 ?
Est-il facile d’être de bonne humeur ?

• Qu’est-ce qui te motive ?
• De quoi es-tu victime ?
• Est-il facile d’être de bonne humeur ?

L’adage de la semaine…
« Dieu a créé la guerre pour que les américains apprennent la géographie  »
— Marc Twain.

♦ L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR

GUERRE ET PAIX…
Avec l’ordi, la nuit, je joue au chat et à la souris.

• Expérimenter le retour de la paix
Il faut appeler un chat, un chat. Une guerre, une guerre. Un fiasco, un fiasco.
Les dévastations planétaires ne représentent que les dommages collatéraux d’une économie prospère. L’empoisonnement de l’atmosphère, la détérioration du climat, ça n’est pas que la simple conséquence malheureuse du transport des personnes et des biens.
La politique de la Terre brulée, ça n’est pas non plus que le contrecoup de stratagèmes financiers pour améliorer la production du charbon et monter à la hausse les actions des énergies fossiles.
On ne fait pas la guerre parce qu’elle est juste. La guerre est juste parce qu’on la fait.
Avec des moyens technologiques en progrès, des armes de destruction massive, les guerres, qu’elles soient politiques, économiques, écologiques, planétaires et totales, justifient-elles toutes les formes d’escalade contre ciel et terre, et contre les créatures qui vivent sous cette biosphère ?
Bon, je le reconnais, casser l’ambiance, n’a jamais permis de réparer les morceaux. Aussi permettez-moi de tenter avec vous, et avec d’autres, de relever le niveau.
Parmi les sept ou huit milliards d’humains qui peuplent notre planète encore survivante, il n’y a pas que des fous de Dieu ou des foudres de guerre. Il n’y a pas que du darknet sur le Net. Il y a aussi des gens qui déclarent un embargo bien plus important que celui sur les armes, un embargo sur la connerie. La phénoménale connerie humaine, la votre peut-être, la mienne certainement.
Les partisans de ce cessez-le-feu permanent, vous les reconnaissez à ce qu’ils ne baissent ni les yeux ni les bras. As-tu vu, par exemple, cette petite bande intrépide de pompiers qui, en Australie, sont allés sauver du brasier les plus vieux arbres du monde ? Des arbres dont l’emplacement reste tenu secret pour que des touristes ne viennent pas achever le carnage.
Après ton passage sur Terre, imagine-toi en arrivant au paradis qu’un un arbre ancestral t’accueille et te dise :
– « Je connais ton vrai visage. Dans le bas-monde, tu m’as sauvé la vie ! »
Ou alors, ce serait un chat blanc qui t’ouvrirait la porte du ciel en te miaulant très clairement :
– « Je suis là. J’ai été ton chat. Tu m’as fait ronronner. Je suis toujours à tes côtés. »
Peut-être surgirait-il, pour chacun d’entre nous au moment du passage de vie à trépas, tant de belles âmes secourues, tant de filiations avec toutes les entraides données ou reçues ?
Crois-tu qu’au paradis, si paradis il y a, ce soit si différent d’ici ?
Crois-tu que l’on soit sur Terre pour se faire des misères ?
Pour dilapider toutes les ressources ?
Pour se battre à mort ?
Pour râler et râler encore et encore ?
Crois-tu qu’au moment de rendre notre dernier souffle en râlant une dernière fois, on ne risque pas de s’apercevoir qu’il ne servait à rien de ronchonner, de diffuser des fake news, de se plaindre contre tous nos semblables et de répandre le poison de toutes les langues de vipère ?
Les humeurs belliqueuses qui empoisonnent le monde et le font tourner à l’immonde ne sont-elles pas recyclables ici et maintenant, sans remettre cette action de salubrité publique à plus tard ?
D’après les lanceurs d’alerte, nous approchons de l’apocalypse*.
D’après les lanceurs d’élan, c’est confirmé, c’est bien de l’apocalypse* dont il s’agit.
Mais la définition de ce terme n’est pas la même selon qu’on s’en tienne à la définition actuelle ou qu’on en revienne au sens premier du mot.
_______
* Apocalypse – définition : « Effrayante catastrophe ». « Fin du monde ». – étymologie : en grec – apo : négation, kaluptein : « Cacher » – « La révélation ». Qu’est-ce qui se révèle à toi ? À moi ? À nous ?

• Il est 4 heures du matin
J’ai été tiré du lit pour vous écrire ce mot qui penche en la faveur de la révélation. Ma petite chatte Lilou mélange ses pattes à mon stylo, accompagnant ainsi les cris des écrits sur la page blanche. Il trouve cela rigolo, le chat. D’instinct, il sait que la détresse peut se propager et que l’allégresse peut tout changer.
Ne sommes-nous pas nombreux à vouloir relever des défis de la débrouillardise pour sauver la vie environnante et même « ronronnante » ?
Et si, dorénavant, nous prenions les arts plutôt que les armes ?
Même le feu qui chantonne dans le poêle semble désarmant. Il nous apaise. La nuit, les rêves, les révélations, les réverbérations, les acclimatations en profondeur des humeurs créatives invitent la journée à faire volte-face et à se tourner vers la paix.

• L’INVITATION DE LA SEMAINE
AVIS…
À celles et ceux qui souhaitent par ces temps de grises crises
devenir des fins connaisseurs du recyclage de la bonne humeur
en vue de prendre soin d’eux et de leur entourage qui en a bien besoin…
Week-End Créateur des 14 et 15 mars 2020
En Ardèche – Gîte champêtre
SOURCES ET RESSOURCES DE L’INTUITION
Un entraînement résolument pratique pour expérimenter « le retour aux sources ».
La mise au monde de nos originalités cachées et la résurgence de nos intuitions les plus fécondes. Introduction à la poésie de la vie
Initiation aux muses dans l’activité personnelle ou professionnelle
Pratiques, méthodes et outils pour apporter un peu d’art dans sa vie
Nouveautés des défis du génie mutuel dans les relations de co-création
Application du logiciel de la cure de bonne humeur journalière comme mode d’accès d’une nouvelle façon de faire société et de micro-climats en soi et autour de soi pour rétablir ses équilibres en tant que lanceurs d’élans.
EN SAVOIR PLUS

 

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…