LES PERLES-AUDIO DU LUNDI 15 AVRIL 2019

Pourquoi les enfants aiment-ils les histoires ?
Le travail, c’est la santé ?
♦ Faut-il mourir pour naître
 ?

• Pourquoi les enfants aiment-ils les histoires ?
Le travail, c’est la santé ?
Faut-il mourir pour naître ?

L’adage de la semaine…
« Tout corps plongé dans un fluide subit une force verticale, dirigée de bas en haut
et opposée au poids du volume de fluide déplacé » — Archimède.

♦ L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR

Intervalle de confiance au milieu avec pourcentage de méfiance sur les bords…

On ne peut couper court…
aux incidents de parcours,
aux aléas des circonstances,
aux fluctuations des imprévus,
aux ruptures soudaines de destinée.
Pourtant on est toujours forcés de mettre les pieds dedans… la tête dedans… la vie dedans…
Dans quoi ?
Dans ce que les statisticiens définissent en deux petites lettres par un sigle :
i.c. « intervalle de confiance ».
En ce qui concerne la collecte des données statistiques, mais également leurs traitements,
leurs interprétations et les présentations de leurs résultats, tout se passe dans des plages
« d’intervalles de confiance » qui assurent une nécessaire des marges d’erreur acceptable.

Ai-je confiance* en moi ? En qui d’autre ? En toi ? En quoi ?
* Pour définir un intervalle de confiance, tant pour soi qu’en relation avec quiconque,
il convient de déterminer d’abord quels sont les risques d’erreurs qu’on accepterait,
les fluctuations tolérables que l’on supporterait sans fuir.
Ajoutez à cela le jeu d’une marge d’humour tout autour. Des fluides de suspension face à la dureté des faits, face à l’imprévu des intempéries de la vie et aux interprétations qui amortissent les coups.
Chacun peut vérifier dans sa vie de tous les jours que la mauvaise humeur, sur la durée, ne produit que des désastres. Tandis que la claire humeur, qui est intervallaire, nous rappelle sans cesse :
« il n’y a pas à s’inquiéter : ça passe ! »
Je vous dis cela comme si j’enfilais des perles, cependant l’adéquation entre les lumineuses coïncidences de la pensée « éclosive » et l’épaisseur obscure des abimes d’incompréhension n’est jamais très facile à calculer.

Heureusement les chiffres ne disent pas tout…
L’existence n’est en rien ni mécanique ni électronique, ni algorithmique mais… biologique, symbiotique et quelque peu improbable. La confiance, cette condition indispensable au moindre calcul qu’il soit mathématique ou artistique ou même vital doit être renouvelée pour se poursuivre et se rétablir de plus belle.
Qu’allons-nous devenir ?
Cette énigme est sans cesse remise en question. Archimède par exemple garde dans son bain une confiance totale dans la probabilité de la survenue d’un éventuel « eurêka ! ». Nous pouvons, nous aussi, paramétrer le pourcentage de chance auquel nous estimons qu’après la nuit le jour viendra. Nous pouvons prévoir que l’inespéré dépasse tout ce qu’on pourrait imaginer.
« Tout corps humain plongé dans un bain de bonne humeur, subit une force verticale,
dirigée de bas en haut et opposée à la gravité des problèmes déplacés vers les solutions ».
À combien estimez-vous votre intervalle de confiance ?

L’INVITATION DE LA SEMAINE
Vous trouverez ci-dessous 2 vidéos de la conférence à 3 voix
qui a eu leu à Paris, le jeudi 7 mars 2019
L’entreprise a-t-elle un bon karma ?
Avec :
• Le lama tibétain : Jigmé Rinpoché : un maître authentique
• Le chef d’entreprise : Nonce Paolini : un manager tous terrains
• Le révélateur de talents : Bernard Leblanc-Halmos : un partisan du Génie Mutuel

Une rencontre improbable autour de questions existentielles d’une brûlante actualité.

• PARTIE 1

 

 

 

 


• PARTIE 2

 

 

 

 

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…