LES « PERLES AUDIO » DU LUNDI – 14

• Lundi 18 juillet 2016…

Bonne humeur et bon augure…
Donner au bonheur de l’envergure !

Qu’est-ce qui te fait peur ?
Ne serions-nous-pas menacés par nos propres pensées ?
• Que sont les poètes devenus ?

« Ce qui fait la vraie valeur d’un être humain, c’est de s’être délivré de son petit moi »
Albert Einstein.

L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE BON AUGURE
Au lendemain d’une catastrophe, l’avenir semble en miettes.
Immédiatement, comme à chaque fois que la démence se plaît à aggraver les choses,
je pense à mon frère Olivier qui, aujourd’hui hélas, n’est plus de ce monde…

Je m’appuie sur lui comme s’il était toujours vivant.
Olivier, les difficultés, il connaissait. Elles n’avaient pas fait de sa vie
un long fleuve tranquille, pourtant, l’air de rien, il prenait toujours le parti
de faciliter
 le cours des choses et d’améliorer l’ordinaire,
préférant arranger
 tout ce qui pouvait l’être au lieu d’en faire une maladie.
Du point de vue de la sécurité sociale, il était catalogué comme atteint
d’handicaps lourds, mais du point de vue du voisinage et de ceux qui avaient le bonheur
de le connaître il était reconnu comme quelqu’un de bon.
Pour ma part, j’en étais même arrivé à croire qu’il représentait un prototype
d’une humanité future moins démentielle que l’actuelle.
En cas de coup dur ou de drame, Olivier avait une façon incomparable d’inverser le malheur
en plaçant comme par réflexe toute personne en difficulté sous son arbre de paix.
Jamais, il ne dramatisait.
Jamais, il ne s’accablait ni n’accablait personne.
Il parvenait à désarmer la tristesse en usant à fond les manettes de sa gentillesse,
son seul souci étant de protéger son entourage. Comme il était bigleux,
il ne vous regardait pas droit dans les yeux, mais directement en plein cœur.
Dès que les choses tournaient mal, il levait les bras au ciel et s’écriait à la cantonade :
– « Ah, on n’avait pas besoin de ça ! ».
Puis, il éclatait de tendresse dans un rire tonitruant afin que la vie reprenne
ses couleurs
 et que les âmes en peine permettent à nouveau
à un sourire
 de poindre sur leurs visages renfrognés.
D’abord bousculé par cette déclaration mal venue,
chacun admettait dans un triste soupir :
– « Ah non !… on n’avait vraiment pas besoin de ça ! »
Depuis des années, il est parti, mon oiseau rare, mon Olivier.
Mais à chaque tragédie, je l’entends d’ici clamer sa phrase déroutante.
Je l’entends dans le tintamarre des médias qui, sous prétexte d’informer,
reprennent l’horreur en boucle, la transforment et la déforment.
Je l’entends aussi quand des hommes politiques qui prétendent à la direction des affaires
profitent de l’occasion pour asséner leurs petites phrases assassines
afin d’écraser leurs concurrents.

Qu’est-ce qu’on gagne à gratter les plaies ?
À attiser la haine et la violence ?
À la laisser s’installer en nous ?

Mon Olivier, je l’entends tout tenter pour apaiser les choses :
– « Ah, on n’avait pas besoin de ça ! »

L’INVITATION (RENOUVELÉE) DE LA SEMAINE
Si vous avez déjà emprunté la première étape
du parcours de bon augure,
l’introduction pour bien commencer :
• DÉCLICS & BON AUGURE…
Et si vous souhaitez que la CURE DE BON AUGURE continue…
Lancez-vous dans la méthode intégrale
et contribuez au soutien en « payant * » :
• BIEN AUGURER QUOI QU’IL ARRIVE…
Un véritable mode d’emploi précis et argumenté qui, étape par étape,
installe 5 reconfigurations d’aptitudes nouvelles et créatives.
Un guide pour votre vie, tant privée que professionnelle.
La cure de bon augure devient lumineuse
par les éclairages nouveaux
 que ces pages vous apportent.


(* payer – ce mot dans son étymologie signifie à proprement parler :
« faire la paix ».

Comment voulez-vous nous permettre de continuer à produire
cette cure de bon augure sans contribuer ? Tout ne peut pas être gratuit,
sinon c’est nous qui ne sommes pas en paix ! »)

Vous souhaitez garder sous le coude en cas de besoin
les 3 extraits de cette semaine…
pour les écouter ou les réécouter à votre convenance
ou pour les diffuser à tire-larigot dans votre entourage ? C’EST ICI

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…