LES PERLES-AUDIO DU LUNDI 12 AVRIL 2021

12 AVRIL 2021

♦ Les animaux ont-ils une âme ?
Faut-il tout expliquer ?

Que te reste-t-il à vivre ?

• Les animaux ont-ils une âme ?
• Faut-il tout expliquer ?
• Que te reste-t-il à vivre ?

L’adage de la semaine…
« Les esprits les plus ouverts de ce monde n’ont jamais cessé d’explorer le double sens ou, devrais-je dire, le quadruple ou le centuple sens, voire plus encore, de chaque fait de l’ordre sensible
»
Ralph Waldo Emerson.

♦ L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR

Cicéron

Êtes-vous un robot ?
Parfois, pour être admis par le serveur numérique auquel je dois m’asservir volontairement, je me retrouve devant cette case à cocher. Monsieur Robot veut s’assurer que je ne suis pas un robot. De quoi a-t-il peur ?
Moment de solitude.
Devant le portail d’entrée de l’ère nouvelle de l’intelligence artificielle, il me faut montrer patte blanche. Une fois ce moment d’ambiguïté passé, un sourire de connivence chasse mon anxiété. L’humour sauve la mise. La poésie aussi. J’appuie sur le bouton :
– « Non, je ne suis pas encore un robot, (sous entendu : je ne désespère pas de rester humain) ».

• Le Carré de Cicéron
À la lecture de ce texte en provenance de l’Antiquité appelé : « Théorie politique de Cicéron », une conclusion s’impose. J’acquiesce, non sans ricaner :
– « Rien n’a changé depuis 2000 ans ! »

• La quantité
Par ces 11 points, bien énumérés, Cicéron dépasse non sans ironie les normes de la dizaine bien casée. Réputé remarquable orateur, il sait nous faire rentrer dans un cadre préétabli tout en mélangeant les torchons et les serviettes en vue de faire illusion. Classifier, catégoriser, cataloguer, mettre en rang, en ordre, hiérarchiser… il en restera toujours une idée d’ordonnancement.

• La qualité
Les échelons, énoncés un à un suivant des critères de classe : riche / pauvre ; de caste : soldat / banquier ; de clan : médecin / avocat… semblent ainsi rigoureusement exposés selon des critères de qualité. Toute la société de son époque, comme celle d’aujourd’hui, se situe sur les barreaux d’une échelle des valeurs partant des plus basses vers les plus hautes.

• La quiddité
Contemplez le visage de Cicéron, comme vous et moi c’est un humain qui pourrait supporter la comparaison avec nos contemporains. Quelqu’un qui s’interroge.
Dans l’Antiquité, cette faculté de se poser des questions au-delà de celles de qualité et de quantité se dénommait : la quiddité. L’ouverture à l’inconnu. La possibilité de fracasser les conceptions établies, les normes incontestables, les dogmes sans issues.
Le pauvre, pourquoi ?
Le riche, jusqu’où ?
Le soldat, à quel prix ?
Le contribuable, à quoi contribue-t-il ?
Les activités que l’on s’inflige, pour mener à quoi ?

• La question du point 12
Après le point 11 de l’échelle de Cicéron, ne faudrait-il pas désormais ajouter un douzième point au dessus de la politique : « le gouverne-mental » ?
Un nouveau pouvoir colonisateur qui, en s’emparant de nos temps de cerveau disponibles, surpasse même les pouvoirs des états. Une puissance diffuse qui vitrifie nos actions et nos réactions en les soumettant aux écrans et qui, sous prétexte de faciliter nos démarches, nous demande simplement d’être compatibles machine. Des nuages de mémoires numériques qui structurent et industrialisent nos esprits.
Nous sommes traqués et troqués avec obligation d’accepter des cookies qui nous précèdent, nous devancent, nous suivent et nous servent. Tous nos besoins seront comblés. Le virtuel répondra au doigt et à l’œil selon notre bon plaisir.

• La question du point zéro
Le bas de l’échelle, à quoi tient-il ?
En dessous du pauvre qui travaille, qu’y a-t-il ?
Ça dépasse l’entendement ?
Quid des relations entre l’intelligence artificielle et naturelle ?
Quid d’être libres comme l’air, si l’air vient à manquer ?
Quid d’un avenir qui a du plomb dans l’aile ?
… ?
Les ordinateurs n’ont pas d’humeur, leurs mémoires mortes n’ont pas de sentiment. Ils n’ont aucune notion de ce qu’est la liberté. Ils sont fondamentalement sans pitié. Leurs calculs se contentent de chiffrer les faits et de fournir de la qualité industrielle sans penser à mal.
Aussi ne peuvent-ils pas répondre à ces questions de vie ou de mort.
Même si gouverner, c’est prévoir, nos amis les robots ne savent pas prévoir plus loin que les rentabilités préalablement affichées par des objectifs imposés. Les statistiques sont les statistiques. Ce n’est pas de sa faute si son excellence « La Machinerie » s’emballe. Si la Grande Armée des Ordinateurs n’est pas programmée pour prendre en compte les conséquences de ses décisions ou pour porter un quelconque intérêt à la vie.
Plus tard, durant les grands procès de crime contre nature, une fois appelés à la barre, nos collaborateurs les robots pourront parfaitement plaider la déficience mentale, la démence totale, l’absence d’intelligence humaine, puisqu’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient… « de nous, pour nous et par nous ».
Que voulez-vous, la data base, par principe, est innocente. Elle ne suit que les ordres. Elle est programmée pour nous faire gagner en vitesse et encaisser du profit.

• La réponse au quid de la vie
Par la fenêtre de mon bureau qui donne sur le jardin, délaissant un instant mon écran, j’aperçois soudain une jeune bichette se détachant de la broussaille en toile de fond. Elle trottine sur la pointe des pattes comme une ballerine.
Quelle grâce dans ses gestes !
Que d’égards dans ses regards !
Elle m’a vu… mais cela ni ne l’inquiète ni ne l’empêche de s’attaquer délicatement à de jeunes arbres. Elle se délecte de quelques feuilles grappillées sur chaque arbuste comme si elle satisfaisait sciemment à un sens d’une économie vraiment adaptée.
Parcimonieusement, elle se fond dans la nature.
Tout homo sapiens qui disposerait encore d’une telle malléabilité cérébrale originale, non délocalisable, pourrait-il faire autre chose que de se prosterner devant un tel miracle ?

• Vous et moi, nous ne sommes pas des robots
Comme nos amis les bêtes, les arbres, les sources et les estuaires, les flots d’ondes et de lumière qui n’ont rien d’artificiel, sommes-nous encore amoureux de la vie ? Aptes à devenir des co-créateurs associés irremplaçables ?
Des plongeurs de perles naturelles dans les fins fonds de la bonne humeur sans nom, plus réelle que jamais et incomparablement vivifiante ?

• LE CADEAU DE LA SEMAINE
Les 15, 16 et 17 juin 2021 -En Dordogne

envol_oiseauSÉRÉNITÉ & EFFICACITÉ
Motiver /Animer / Négocier
En vol groupé

Séminaire intensif inter-entreprises

Animé par Bernard Leblanc-Halmos

Élaborer de manière concertée de nouvelles audaces d’animation afin de coopérer de manière orchestrée.

POUR EN SAVOIR PLUS… CLIQUEZ ICI

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…