LES « PERLES AUDIO » … DU LUNDI 02 JUILLET 2018


LA FENTE SYNAPTIQUE SOURCE DE VIE CRÉATIVE…

 De quoi avons-nous l’air ?
 Contre qui se révolter ?
 Combien tu me dois ?

• De quoi avons nous l’air ?
• Contre qui se révolter ?
• Combien tu me dois ?

L’adage de la semaine…
« La jeunesse d’esprit n’est-elle pas un aliment sacré
qui permet au ciel de continuer d’exister ?
 » —
Perle de risée.

♦ L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR
Parce que le texte de la semaine dernière, à propos de nos « fentes synaptiques », était trop long,
il a dû être tronqué. Il m’a fallu tailler dans le vif… un comble, non ?
Mais je vous en prie, reprenons le fil de nos réflexions disruptives, là où nous les avions laissées.
« … En apprenant que mes « fissures synaptiques* » étaient ultrasensibles,
non seulement pléthores, mais aussi incroyablement nuancées et prolixes,
allez savoir pourquoi, deux grosses larmes d’enfant se sont détachées de mes yeux.
Que d’interstices ! Que de liberté ! N’est-ce pas réjouissant de se savoir à la fois
si minuscules et si vastes au-dedans. En réalisant qu’il y avait autant d’étoiles dans la galaxie
que de neurones dans ma gouverne, je suis resté un instant coi. » (Relire la chronique)

* Synapse – étym. : en grec, sunapsis : sun, « ensemble », haptein, être apte ;
« action de joindre les aptitudes » ; « relier les ensembles de capacités ».

• La profonde capillarité de notre personnalité…
Les petits « étangs moi-moi » tellement noyés dans leur propre importance, peuvent recommencer à se laisser baigner en profondeur par d’immenses nappes phréatiques plus avenantes.
Les infimes retenues des minuscules mares égocentriques du « moi-je-pense…»
dans lesquelles le mental barbote, se replongent parfois par voie de capillarité dans des étendues bien plus océanes. On n’en revient plus automatiquement à ce que l’on croyait savoir.
Les milliards de lignes nanoscopiques synaptiques qui nous traversent de part en part ne sont-elles pas en train de sourdre ? Nous sommes riches de nos fertilités croisées.
Les humeurs éruptives et créatives de nos neuromédiateurs, les vôtres, les miennes
et celles de nos partenaires de toutes les flores et de toutes les faunes : animaux, poissons,
oiseaux, insectes, végétaux, micro-organismes… entrent en résonance retentissante
en ensembles orchestraux. Nous ne sommes pas étanches. Ni obligatoirement enfoncés
dans les goulets d’étranglement de nos volontés de domination. Nous pouvons nous dégager
de nos carcans d’hier. Nous sommes plus aptes et plus adaptables que prévu.
Deux options se présentent à nous à chaque instant : la bourse ou la vie ?
Soit opter uniquement pour nos petits intérêts économiques et financiers, sans nous rendre
compte que les chiffres de nos performances sont dévastateurs.
Soit unir nos talents pour être, ensemble, de vrais gens qui font fructifier le capital vie de chacun
dans l’idée de porter bonheur et d’assistance à diversité en danger.
À moins que vous n’en voyiez une troisième… ?

La cure de jouvence neuronale n’est pas limitée à quelques personnes plus poreuses et moins peureuses que d’autres. En réveillant en sursaut les aptitudes potentielles dormantes, elle concerne dans le fond tout un chacun. Nos synapses qui ne manquent ni d’audace ni de niaque demandent à ce qu’on agisse en la faveur de la vie.
On ne devient pas dur, décati et décrépit à cause de l’âge, on le devient par la négligence
de nos rêves d’enfance qui aspirent à œuvrer pour le bonheur du monde.
La jeunesse d’esprit n’est pas qu’une simple question de vie ou de mort…
C’est bien plus important que cela !

L’INVITATION DE LA SEMAINE

Soyez rebelle et relevez les défis des petits pépins qui « pépitent » nos vies.
Essaimez-bien ! D’avance merci ! Vérifiez par vous-même que vous n’êtes pas seul
à avoir l’âge de vos artères et de vos révélations !
Le génie a besoin de vous pour se libérer de sa lampe.

 

INDISCRÉTIONS :
Seuls vos achats en ligne,
j’ose le dire,
nous permettent de continuer d’œuvrer
en toute gratuité,
N’hésitez pas à participer
à ces gestes de premiers secours
à bonne humeur en danger.

CLIQUEZ ICI

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…