LES PERLES-AUDIO DU LUNDI 22 FÉVRIER 2021

♦ À qui écris-tu ?
De quoi tu te mêles ?

À quoi est-ce que tu carbures ?

• À qui écris-tu ?
• De quoi tu te mêles ?
• À quoi est-ce que tu carbures ?

L’adage de la semaine…
« Un grand cœur, aucune ingratitude ne le referme, aucune indifférence ne le fatigue
»
— Tolstoï.

♦ L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR

• Le grand Dondon est-il caché en nous ?
Quand j’étais jeune, j’ai eu l’honneur de connaître le grand Dondon. C’est peut-être l’une des sources de jouvence de cette cure de bonne longueur d’onde.
Le grand Dondon était un cœur d’or. Un de ces personnages-clés que l’on rencontrait autrefois dans chaque commune de France et qu’on appelait le simplet, le candide, l’innocent. Haut en couleur et respecté de tous en raison de sa compétence territoriale, il remplissait à l’époque l’office de responsable de l’amitié entre les peuples.
Autour de lui, l’atmosphère se détendait.
Entre les familles ennemies, les conflits s’apaisaient.
Le grand Dondon devait son surnom au fait qu’on l’entendait venir de loin grâce à l’espèce de marmonnement qu’il émettait sans cesse, une sorte de « murmuration » dans la trame sonore :
– « Dondonde ! Dondonde !! Dondonde !!! ».
Si vous lui demandiez gentiment de cesser son « dondonnement », il posait un regard désolé dans vos yeux et, quoique peiné, il vous décochait son sourire le plus désarmant.
– « C’est un cadeau pour toi, Dondonde ! »
Puis il faisait résonner de plus belle son mantra de bonze.

• L’initiation aux dons d’ondes
Un jour, dans le sombre fournil de Marcellus, le maître boulanger, une autre grande figure de la vie sociale de notre ancien village, le grand Dondon et moi-même, tout ébahis d’être là, submergés par l’odeur du pain chaud, nous nous laissions pénétrer par la chaleur du four et certainement par le miracle du jour.
Le grand Dondon avait échappé à la surveillance de sa « mamouan », quant à moi, j’avais obtenu la permission d’aller aux aurores assister à la sortie de la première fournée. Tous les deux, nous écoutions Marcellus nous transmettre quelques furtifs secrets de l’art du pain quotidien.
– « D’abord, il faut être dans le pétrin… Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi ! »
Et, se plantant devant le grand Dondon, Marcellus ajouta :
– Le pain doit être pétri de dons d’ondes ! »
À ces mots, le grand Dondon, comme foudroyé, lança son cri de ralliement à la « dondonnade » :
Don d’ondes… Don d’ondes… Don d’ondes… Don d’ondes… c’est mon nom ! martelait-il en clair, sans être crypté. Puis, nous montrant du doigt Marcellus et moi, il nous apostropha :
– T’es « Don d’ondes » ! T’es « Don d’ondes » ! On est tous « Don d’ondes ». Même « Mamouan » ! Avec une assiduité de criquet porte-bonheur, il faisait vibrer tout le fournil avec ce nom de métamorphose.

• La simplicité d’esprit fait des merveilles
En ces temps d’humeurs âcres, amères, âpres, saumâtres, trop souvent belliqueuses et guerrières de la croix et la bannière, je me souviens par dessus tout de la grande délicatesse que le grand Dondon prodiguait envers sa mère adoptive, bien que cette pauvre femme au sale caractère bien trempé ne cessait de déverser sa hargne sur le dos de son fils.
Jour et nuit, ça n’était que reproches ininterrompus :
– « Arrête ! »
– « Fais pas ça ! Viens ici ! Dépêche-toi ! »
– « Tais-toi ! »
– « Habille-toi bien ! »
Croyez-vous que le grand Dondon en était affecté ? Pas le moins du monde. Il ne mouftait pas. Il se couvrait de sa combinaison en plumes de canard et sa mère de bonnes longueurs d’onde.
C’était sa « Mamouan » : il ne savait que l’aimer.
Une nuit, elle fut rappelée au ciel. Les jours qui suivirent son décès, le grand Dondon semblait avoir disparu. On ne le voyait plus. On ne l’entendait plus.
Il réapparut pourtant le jour de la célébration funèbre, affublé d’un costume noir de grand standing, genre costume de marié, avec une belle chemise d’un blanc immaculé, parfaitement amidonnée, et de magnifiques souliers vernis aussi resplendissants que le sourire éclatant qu’il offrait.
Notre grand Dondon bien cravaté était là. On ne pouvait pas le manquer.
Il était bien vivant. Bon vivant !
À la fin de la cérémonie, lors des condoléances, il s’est même approché doucement de Marcellus et de moi. Comme pour nous réconforter, il nous a assurés :
– « Mamouan, ça y est !… »
Ensuite, avec un silence vibrant quelque peu enjoué et étrangement prometteur, Dondon, à l’attention de chacun afin que personne ne soit trop triste, a annoncé :
– « Mamouan, c’est très bien… Maintenant elle est dans… le Don d’Ondes ! »
Des vibrations inconnues nous ont remis vent débout et le monde s’est soulevé à la ronde.
Que jamais ne cessent les ondes de don !

• LE CADEAU DE LA SEMAINE

Les 4, 5 et 6 juin 2021 – En Ardèche

L’ÉLAN CRÉATEUR
RÉ-INVENTONS NOTRE MONDE…
Un atelier de développement créatif
Animé par Bernard Leblanc-Halmos

Des entraînements de base en vue
de mieux bondir 
et rebondir en toutes occasions
dans ces périodes de transitions.

POUR EN SAVOIR PLUS… CLIQUEZ ICI

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…

REBONDISSEZ : DIFFUSEZ VOS BONNES IDÉES, VOS RÉVÉLATIONS ET VOS ÉTINCELLES DE BONNE HUMEUR !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s