LES « DOSETTES » DU LUNDI – 198

• Lundi 21 mars 2016 – cent-quatre-vingt-dix-huitième semaine…

Puisque l’on n’est jamais à l’abri du futur
Ouvrons nos ailes et déployons l’envergure !

Qu’est ce qui ne changera jamais ?
Que faire du matin au soir ?
• Faut-il ne rien brusquer ?

« Toute traduction est très sujette à débats. Le passage de la bible :
« Ève est née aux côtés d’Adam » s’est étrangement transformé en :
« Ève est née de la côte d’Adam. »
Une simple erreur d’interprétation peut vous changer une civilisation »

L’INCITATION HEBDOMADAIRE À LA BONNE HUMEUR
Aucun ordinateur, fut-il champion du jeu de go, ne peut traduire l’intraduisible…
Aucune machine n’est encore capable de remplacer l’intelligence naturelle
qui délivre du sens entre les idées et des richesses entre les mots.
Tant que les langages humains ne seront pas complètement industrialisés,

le verbe vivant demeurera notre chance de survie par rapport à la machinerie généralisée.
Vouloir tout normaliser. Tout structurer. Tout codifier.
Quelle malheur tamisé ! Quel cauchemar climatisé !
Quel désastre pour l’intelligence naturelle qui, dans le fond, n’a rien d’artificiel.
Chaque personne est singulière.
Chaque traduction est plurielle.
Chaque nuance du verbe vivant est enrichissante.
Les mots restent pour toujours des mondes à découvrir.
Les phrases se trament comme des tissus vitaux à régénérer.

Interpréter, dans le sens étymologique de ce verbe signifie :
« rendre précieux », (inter–pretium). Savoir, au mépris des tourbillons et des remous
de la langue source, s’immerger dans l’estuaire des possibilités de traduction
qui se jettent dans langue embouchure, est une prouesse que les ordinateurs nous envient.
Chaque question nouvelle nous met au défi de comprendre des manques et des insuffisances.
Les mots des uns ne disent pas tout ce que pensent les autres.
Les complications sont là. Les complicités aussi. Ça n’est jamais vraiment facile
de s’entendre, ni de dialoguer, ni même de s’écouter, encore moins de se comprendre…
Une belle idée est toujours paradoxale, incomparable, contradictoire et ambiguë à souhait.
La poésie du langage surprend les dilemmes sous l’enchevêtrement des sensibilités
et des sens, dans les terreaux de nos cultures si diverses et si fertiles. Une langue
est un paysage à révéler dans lesquels on peut se perdre et se retrouver
 à nouveau.
Il est bon de dévoiler les options inusitées, de désenclaver les mots habituels,

de se reconnecter avec les seconds degrés et de lire entre les lignes
pour decrypter les trésors de sagesse jusqu’ici jamais mis à jour.

L’INVITATION DE LA SEMAINE
Le génie mutuel, vous connaissez ?

Un manifeste de défense et d’illustration du génie mutuel
94 pages illustrées au format A4
Imprimé en couleurs sur papier glacé de grande qualité
Relié sous couverture pelliculée
EN SAVOIR PLUS ET LIRE UN EXTRAIT

Vous souhaitez garder sous le coude en cas de besoin
les 3 extraits de cette semaine en écoute gratuite…
pour les écouter ou les réécouter à votre convenance
ou pour les diffuser à tire-larigot dans votre entourage ? C’EST ICI
Vous préférez vous procurer les extraits d’un autre lundi ?
Ça tombe bien, ils sont disponibles sur catalogue ICI

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…

Revenir à l’accueil…