Approfondir… suite

« Être sérieux sans se prendre au sérieux,
c’est basique comme comportement de survie ».

La pratique d’approfondissement
Ces chroniques ont été créés à l’origine en direct des hauts lieux
d’une activité bénévole pour une petite radio :
Radio Plaizance, sise à Plazac en Périgord Noir
et nichée dans un ancien presbytère.
Hélas, les émissions ont du cesser, la radio ayant rendu l’antenne.
Ce cuisant échec, nous avons voulu le fêter
en continuant la diffusion sur les ondes mondialisées du Web
grâce à votre indéfectible soutien et à vos réseaux d’influence.
Vos relances nous honorent.
Sachez que vous n’êtes pas seul à apprécier la bonne humeur.
De plus en plus de gens ressentent le besoin de contrebalancer
la morosité ambiante et l’épidémie de sarcasme et de cruauté.
Sans bonne humeur en soi-même, à la maison, à l’école, au boulot,
dans la société et de par le monde, le fin fond de la civilisation s’effiloche.

Vous croyez que j’exagère ?
Prenez votre tête des mauvais jours et observez ce qui va vous en coûter.
Voyez les malheurs occasionnés par un caractère chagrin, avide, querelleur et pessimiste.
La bonne humeur est un bien commun d’utilité publique. Une ressource d’avenir.
Un jardin secret à cultiver entre nous pour embellir le monde à la ronde.
Je ne remercierai jamais assez ceux qui, par les temps qui courent, osent chevaucher
les souffles de l’intuition afin de ventiler quelques bonheurs à ceux qui en manquent
et beaucoup de courage en vue de soulager les peines.

« Moi, dit l’autre, je fais depuis quinze jours une cure de bonne humeur,
et je m’en trouve très bien. Il y a des temps où les pensées deviennent âcres,
où l’on critique tout avec fureur, où l’on ne voit plus rien de beau ou de bien,
ni dans les autres, ni dans soi-même. Quand les idées tournent de ce côté-là,
cela signifie qu’il faut faire une cure de bonne humeur.
Cela consiste à exercer sa bonne humeur contre toute mauvaise fortune
et surtout contre les choses de peu, qui vous feraient partir en imprécations,
si l’on n’était justement dans la cure de bonne humeur.
Alors, ces petits ennuis sont au contraire très utiles,
comme les côtes pour vous faire des mollets »

– Alain (Propos sur le bonheur).

Revenir au début…

REBONDISSEZ : DIFFUSEZ VOS BONNES IDÉES, VOS RÉVÉLATIONS ET VOS ÉTINCELLES DE BONNE HUMEUR !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s